top of page
Rechercher

L'ego... l'homme à abattre?

Nous connaissons tous la notion d’ego. Au moins sommairement. Dans des expressions telles que « Elle a un des ces ego celle-là », voulant dire généralement que la personne ne se prend pas pour n’importe qui, qu’elle se remet peu en question, que tout tourne autour d’elle. Nous connaissons les mots égoïsme et égocentrisme. Tous ces mots n’ont pas trop la cote.




``Quand on parle d’ego, de quoi parle-t-on ?

Je ne suis pas retournée dans mes cours de psychologie pour vous en faire une description - heureusement, pour vous et pour moi  ;) - , je vous écris simplement la résonance intérieure qu’il a.

Lorsqu’on commence à s’intéresser au développement personnel et à la spiritualité, on n’y échappe pas. Il est souvent ‘opposé’ au Soi, cette part de nous, grande, sage et réalisée.


Alors à quoi sert-il ?



Rôle de l’ego


L’ego, c’est la part en nous qui doute, juge, a peur, sépare, dicte. C’est la petite voix dans notre tête qui nous dit sans arrêt ce que nous sommes censé faire. Avec des ‘je dois’, des ‘il faut’. Elle nous contracte. Présenté ainsi, on a l‘impression que cet ego est l’ennemi redouté qu’il faut dompter, combattre, voire abattre. Au profit du Soi.


L’ego est cependant essentiel !


Nous sommes issus d’une même Source, quelle qu’elle soit, selon nos croyances. L’ego est là pour nous différencier, pour nous permettre de faire l’expérience de la condition humaine. Il nous est donc utile. Prenons un exemple : séparer le ‘chaud’ du ‘froid’ permet de connaître la notion de température. Si nous ne connaissions que la chaleur, nous ne pourrions même pas en parler car nous ne concevrions pas qu’il puisse en être autrement. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, pour prendre conscience et vivre l’Unité en nous et entre nous, il est essentiel d’être séparés ; sinon il n’y a tout simplement pas d’expérience. Il y a un donné non conscient. Indifférenciable.


Notre expérience humaine n’est possible que parce que nous croyons séparés, grâce à l’ego.


La difficulté, c’est que l’ego, pour exister, a besoin de manifester cette séparation. Et comme il n’a pas envie de disparaitre, il se manifeste constamment. Il parle souvent un peu plus fort que la voix du cœur ou de l’intuition.


L’ego fait partie du mental. Notre mental nous aide à planifier, anticiper, comparer. L’ego ajoute du jugement, de la tension. Très souvent, il prend tout le pouvoir et maintient son apparition plus longtemps que nécessaire.


Que faire ?

(1) Lui trouver un nom. Si, si. Ca vous aidera à l’identifier chaque fois qu’il parle en vous. De préférence sympa et affectueux. (ex : mon colonel plutôt que mon saboteur ou mon casse-pied). (2) Lorsqu’il apparaît, lui souhaiter la bienvenue, le laisser parler, l’écouter. Lui donner une place. Ne pas chercher à le chasser. (3) Lorsqu’il a parlé, vérifier qu’il a terminé en lui demandant s’il a fini de dire ce qu’il tenait à dire (bien possible qu’il en remette une couche). (4) le remercier pour ses conseils. User d’humour si nécessaire : « bien mon colonel » ;). Le prendre au sérieux, donc. (5) Ne pas vous laisser berner sur sa nature, ses intentions, sa volonté de prendre le pouvoir. (6) Vérifier que c’est bien lui qui a parlé et non simplement votre mental qui vous donne des informations neutres en soi (il vous dit des ‘il faut que’, tu dois’, il vous contracte. (5) Et écouter les autres parts de vous qui souhaitent s’exprimer sur le sujet du jour.


Voilà, c’est simple. Et efficace ! Donnez-moi en des nouvelles.


Envie de réagir? Chouette! Laissez votre commentaire. Le monde s'enrichit par nos apports mutuels.

Envie de partager? Avec plaisir. Merci de le reprendre dans son intégralité et d'en citer la source - www.donatiennejannedothee.com


Комментарии


bottom of page